23/02/2010

Le cercle des livres disparus

Lecture. La rédaction d'un essai n'est pas affaire de science infuse, elle passe par la lecture intensive d'articles et de livres. Tout ne peut pas sortir de son propre cerveau! Pour réfléchir, on a toujours besoin des autres, que l'on soit ou non d'accord avec eux.

Mon premier recours, ce sont des livres tirés de ma bibliothèque, déjà familiers, lus, relus parfois, annotés. Voici quarante ans, je crois, que je n'avais pas rouvert L'Homme unidimensionnel de Marcuse, qui fit tant de bruit à la fin des années soixante. C'était l'époque du grand refus. Aux Editions de Minuit, les pages jaunies, couvertes de notes au crayon pas toujours très lisibles. Les livres déjà défrichés, pour ne pas parler de celui-là, ne sont pas nécessairement les plus utiles. Ils ont déjà servi et, justement, les intérêts se sont déplacés.

Lire la suite

16/02/2010

Notre ami Claude

Journalisme. Plans-Fixes a consacré un film de près d'une heure à Claude Torracinta. Pour toute une génération, notre ami Claude reste une figure emblématique du journalisme de télévision. Cette génération-là était copieusement représentée à la Maison des Arts du Grütli, le soir de la première. L'atmosphère portait à la célébration amicale. C'était un fourmillement chaleureux de complicités et de souvenirs.

Lire la suite

09/02/2010

Dispute à l'ancienne

Journalisme. Le philosophe Jacques Bouveresse a prononcé l'autre soir au Théâtre Saint-Gervais, à Genève, une belle conférence sur l'écrivain et satiriste viennois Karl Kraus. Il s'est concentré sur les quelques mois qui ont suivi l'installation d'Adolf Hitler au poste de chancelier du Reich, le 30 janvier 1933. C'est en septembre de cette même année, en effet, que Kraus écrivit la Troisième nuit de Walpurgis, spectacle présenté par le même théâtre jusqu'au 14 février.

Lire la suite

02/02/2010

Kraus ou le journaliste en imposteur

Journalisme. Le sociologue Max Weber dénonçait il y a près d'un siècle les circonstances «qui ont habitué le public à considérer la presse avec un mélange de mépris et de lâcheté navrante». Les circonstances de l'époque, et d'abord la Première Guerre mondiale, ne sont pas seules en causes. La critique de la presse et des journalistes exploite depuis toujours des affaires et des scandales montés en épingle, mais bien réels. Elle ne manque pas de hérauts.

Lire la suite