04/10/2010

Une Eglise plus égale que les autres?

Journalisme. Mgr Genoud était un homme de paix et de dialogue. Méritait-il la polémique médiatique déclenchée par l'absence à ses obsèques d'une délégation du Conseil d'Etat genevois?

On a beaucoup discuté et disputé de bienséance, de laïcité, de respect du protocole et de son Règlement, du défaut de catholiques au sein de l'actuel gouvernement cantonal. Personne, à ma connaissance, ne s'est étonné publiquement du privilège accordé par ledit Règlement à l'Eglise catholique romaine.


L'Evêque du diocèse meurt; le Conseil d'Etat est censé assister en délégation à ses obsèques. Il aurait donc dû s'y rendre. Mais que meure le président du Consistoire, le Modérateur de la Compagnie des pasteurs, le président du Synode catholique chrétien ou le Grand Rabbin (la liste reste ouverte), on a beau scruter le Règlement, rien ni personne.

Le chapitre des obsèques prévoit seulement que pour d'«autres personnalités» non définies, le Conseil d'Etat, sur décision, «peut se faire représenter».

Devant la mort, une Eglise plus égale que les autres? C'est curieux. Cela demande une explication.

Commentaires

Chaque fois qu'il y a représentation de l'Etat hors des règles usuelles, il y a dispute, jalousie, rancoeur, et division. C'est triste mais c'est humain. Pour un tel artiste, star, sportif décédé, il y aura foule de ministres, présidents, préfets à son enterrement. Pour un tel autre, personne. Je crois simplement qu'il faut sortir du cadre religieux. C'était maladroit de la part du Canton de Genève mais pas fautif. La polémique devrait s'arrêter là. Point barre. Mgr Genoud est en conversation avec Dieu. C'est finalement ce qui compte pour lui et les gens qui l'ont aimé dans ses fonctions et sa responsabilité du Diocèse et comme être humain.

Écrit par : Jean-Marie Gumy | 04/10/2010

Vous posez là une excellente question M. Cornu !

Cordialement !

Écrit par : Jean d'Hôtaux | 04/10/2010

Une Eglise plus égale que les autres, écrivez-vous. Peut-etre. C'est pour cela sans doute que des ministres de toutes les religions seuls les catholiques ne peuvent etre membres du législatif, de l'éxécutif et du judiciaire.

Écrit par : Bernard Bochatay | 08/10/2010

Cher Monsieur soyez rassuré,Monseigneur Genoud n'y aurait vu que du feu, sans jeu de mot; par contre sa mort aura permis de libérer certains, peut-être poussés par une sorte de feu sacré à sortir de l'anonymat de l'abandon. En voyant la parution du livre de M. Stutzmann,je me dis que cette mort, qui n'est que délivrance en somme, sera glorifiée grâce aux nombreuses révélations tenues secrètes souvent par honte et peur du rejet à se voir confier au grand public, enfin ce qui n'était confié qu'à des hommes d'Eglises. La mort est libératrice. Le réflexe du chagrin n'est pas toujours exprimé par tous de la même façon. Les enfants battus,humiliés attendent très souvent d'être poussés comme par une main invisible. Qui sait peut-être que du Ciel, c'est encore l'âme généreuse de Mgr Genoud qui a permi à cet homme de confier par écrit ce que beaucoup, peut-être usés par la vie, n'ont jamais osé faire! Et ils sont nombreux dans ce pays à avoir dû taire une enfance volée par trop de souffrances.

Écrit par : Line Bielmann | 08/10/2010

Les commentaires sont fermés.