27/12/2010

Quand j'entends le mot "culture"...

Histoire«Quand j'entends le mot "culture", je sors mon revolver». La formule continue à faire mouche. Elle est attribuée le plus souvent à Hermann Goering. Elle lui va bien, mais elle n'est pas de lui. Autre prétendant, Baldur von Schirach, le chef des Jeunesses hitlériennes. Encore raté. Les principaux acteurs de la tragédie nazie n'ont sans doute pas hésité à l'employer. Ce ne sont pas eux qui l'ont inventée.


Je retrouve des notes prises voici bientôt un an, dans les montagnes valaisannes, à la lecture du Troisième Reich de l'historien britannique Richard Evans. La phrase est tirée d'une pièce jouée le 20 avril 1933 au Théâtre national de Berlin et dédiée à Hitler, qui célèbre ce jour-là son quarante-quatrième anniversaire. Il s'agit d'un drame historique par Hanns Johst, intitulé Schlageter, du nom d'un résistant allemand contre la présence française en Rhénanie, au début des années 20.

Cet Albert Leo Schlageter a été accusé d'avoir commis des actes de sabotage, afin d'empêcher le départ du charbon vers la France. Il a été fusillé. Il est rapidement devenu un héros, déjà sous la République de Weimar. Il n'a pas manqué d'être récupéré par les Nazis.

Au début de la pièce de Johst, l'un des protagonistes joué par Veit Harlan prononce ces mots : «Quand j'entends le mot "culture", je défais le cran de sûreté de mon browning» (Wenn ich Kultur höre, entsichere ich meinen Borwning). Voilà donc pour la citation exacte, et pour l'auteur attesté.

Ce n'est pas la seule fois qu'une citation est faussement attribuée à un homme célèbre, écrivain de préférence. A Voltaire, le «Je ne suis pas d'accord avec ce que vous dites...». A Malraux, une prétendue prédiction sur le vingt-et-unième siècle qui «sera religieux ou ne sera pas».

Si j'en reviens à Evans, c'est bien à Gobbels qu'il convient d'imputer cette sentence, datée de 1943: «Tout homme qui a encore un résidu d'honneur veillera bien à ne pas devenir journaliste». Au fil de l'actualité, il m'arrive de lui découvrir des épigones.

 

 

 

 

 

Les commentaires sont fermés.