25/05/2010

La SSR, une affaire trop sérieuse...

Médias. C'est fou ce qu'ils se sont agités, les journalistes. Sur les ondes, dans les pages des journaux, sur leurs blogs. La désignation de Roger de Weck à la direction de la radio et de la télévision a donc fait beaucoup parler dans les rédactions - le plus souvent en termes favorables, mais pas seulement. Ailleurs, le ton a été dans l'ensemble assez réservé. Les partis politiques n'attendent-ils pas tous d'un directeur de la SSR quelque chose qui leur soit profitable?

Lire la suite

18/05/2010

La barbe et le catogan

Médias. Le ministre fédéral de la communication s'irrite de la présence soutenue de figures de l'islamisme radical sur les écrans de la télévision alémanique. Il suffirait que son pouce caresse la télécommande et que son regard s'arrête à la devanture des kiosques pour qu'il trouve ailleurs des causes de démangeaison. Aux yeux des médias, l'homme de l'année se nomme Nicolas Blancho, président du Conseil central islamique suisse (CCIS). Après la construction de nouveaux minarets, la question centrale de l'actualité suisse est désormais le port du voile intégral, niqab ou burqa.

Lire la suite

15/03/2010

Extrême-télévision

Petit écran. La Télévision suisse romande (vendredi 12 mars), puis la chaîne publique France 2 (mercredi 17 mars) ont inscrit à leur programme «Le jeu de la mort». Un documentaire, annoncent-elles. Un document plutôt. Le jeu en question est fictif, les participants l'ignorent. Ils ont été, croient-ils, recrutés pour enregistrer le numéro pilote d'une nouvelle émission de télévision,  «La Zone Xtrême».

L'idée n'est pas très éloignée de celle du « Maillon faible ». A la différence que le candidat défaillant n'est pas exclu du jeu, mais qu'il est censé recevoir des décharges électriques de plus en plus fortes à chaque réponse erronée. Le rôle du joueur-victime est assumé par un comédien. Ses réactions aux décharges factices ne dissuadent nullement les quatre cinquièmes des participants  d'«envoyer la sauce», jusqu'à une force de 460 volts.

Lire la suite

25/01/2010

Hitler et la radio

Médias. Même les plus jeunes générations n'ignorent rien des vociférations d'Adolf Hitler, amplifiées par les hauts parleurs lors des grands rassemblements nazis ou transmises par les postes de TSF - la télégraphie sans fil, comme on disait à l'époque - dans les foyers allemands. Pour en retrouver le souvenir auditif, à vrai dire inoubliable, il suffit de rester quelques soirs devant la chaîne Arte, qui diffuse des reportages historiques en abondance.

L'association du nazisme et de la radio est tenue pour un fait de l'histoire. Les deux grandes figures de l'Ecole de Francfort, Horkheimer et Adorno, écrivaient (La Dialectique de la raison, 1947) que «les nazis eux-mêmes savaient bien que la radio achevait de donner forme à leur cause, comme le fit la presse d'imprimerie pour la Réforme».

Lire la suite