16/08/2010

Arles et ses Innocents meurtris

Photographie. La couverture du catalogue des Rencontres d'Arles est un bestiaire. Cette année, une tête de rhinocéros. Du lourd et du piquant. Disséminées dans toute la ville, mais plus denses dans les ateliers désaffectés de la SNCF, non loin des Aliscamps, les expositions se gagnent à pied sous un soleil accablant. Il existe heureusement de secourables navettes et suffisamment de points d'eau (et d'autres breuvages). Les sollicitations sont infinies, le parcours exhaustif en trois ou quatre jours se mue en épreuve initiatique.

Lire la suite