12/05/2010

Jean Ferrat deux mois après

Célébration. La mort de Jean Ferrat, à la mi-mars, a libéré des torrents d'éloges, dans les journaux, sur les ondes, sur la Toile. Tout le monde y est allé de son couplet, s'appropriant parfois sans pudeur son œuvre et sa mémoire. C'est ainsi à chaque fois qu'un chanteur populaire s'en va.

Je retrouve parmi des coupures de presse une chronique de la médiatrice du Monde, publiée à la fin du même mois. Elle est intitulée «Ferrat l'intouchable». Elle s'ouvre par ces mots: «Certains morts ne supportent pas la critique, ni même la réserve». Véronique Maurus se fonde sur les réactions de lecteurs du journal, sur papier ou en ligne, à un article de Bruno Lesprit. Hommage nuancé, en effet, non sans distance envers l'héritage du chanteur.

Lire la suite