18/05/2010

La barbe et le catogan

Médias. Le ministre fédéral de la communication s'irrite de la présence soutenue de figures de l'islamisme radical sur les écrans de la télévision alémanique. Il suffirait que son pouce caresse la télécommande et que son regard s'arrête à la devanture des kiosques pour qu'il trouve ailleurs des causes de démangeaison. Aux yeux des médias, l'homme de l'année se nomme Nicolas Blancho, président du Conseil central islamique suisse (CCIS). Après la construction de nouveaux minarets, la question centrale de l'actualité suisse est désormais le port du voile intégral, niqab ou burqa.

Lire la suite